J’ai repris le chemin de l’entraînement! Lent et loin de mon poids de forme, mais avec plus de motivation que jamais.

La préparation de ma saison passée n’a pas été optimale comme je l’aurai espéré. Ayant l’habitude de me consacrer à 200 % dans ce que j’entreprends, je ne me permettais déjà plus aucun écart 10 mois avant mon objectif principal. J’étais au meilleur de ma forme dès la fin de l’hiver, pensant tenir jusqu’en octobre pour être plus fort que les autres à Barcelone. Ce ne fût malheureusement pas le cas et les 6 mois précédent cette course ont plutôt étaient un calvaire. En voulant jouer avec les limites du surentraînement j’ai perdus l’amour de ce sport et je ne réussissais plus à dépasser 10h d’entraînement par semaine.

Mes erreurs font partie de mon apprentissage et je sais maintenant de quoi je suis capable quand tout ne se passe pas comme prévu. J’ai réussis à faire une saison correct mais je sais que je suis capable de bien mieux, et pour ça je dois canaliser ma détermination.

C’est pourquoi avec mon père nous avons décider que je devais aborder cette période en étant plus détendu, que j’accepte de faire mes séances plus lentement, de faire des départs plus cool que ce dont je suis capable en pleine saison.

Cette coupure m’a permis de retrouver l’envie de m’entraîner mais aussi d’accepter qu’un mode de vie moins strict me sera bénéfique pour la suite de ma préparation.

Je me rends compte jour après jour que sans le triathlon je ne suis rien. C’est lui qui fait de moi la personne que je suis, et me donne envie de me lever chaque matin pour atteindre mes objectifs.
J’ai la chance incroyable de pouvoir pratiquer ce sport tous les jours, d’être épaulé par une famille et des proches qui me soutiennent coûte que coûte malgré la négligence que j’ai pu avoir envers eux la saison passée.

Toutes ces expériences vont faire de moi un nouvel athlète cette saison, plus intrépide que jamais, je vous le garantis.