Une des notions les plus difficiles à abordée est sans doute celle de la dépression dans le sport de haut niveau. On estime souvent ce sujet comme étant tabou et parfois même négatif. 

Pourquoi ? Je ne sais pas ! Mais il est certain que la dépression est assez commune dans la recherche du haut niveau, encore plus dans un sport d’endurance individuel comme le triathlon.

On peut vivre pour notre sport a un tel point d’en devenir complètement dépendant. Il m’est déjà arrivé d’oublier tout ce qu’il y a d’autres dans la vie et de perdre la morale simplement parce que le triathlon n’aller plus alors qu’à côté j’avais énormément de belles choses à vivre.

De l’extérieur la vie du sportif professionnel est parfaite. Il suffit de s’entraîner, gagner des courses et repartir avec de l’argent. En réalité c’est un pourcentage infime d’athlètes qui gagnent bien sa vie grâce à notre sport et généralement ceux au sommet ne sont pas forcément plus heureux que ceux que ne l’on voit pas sur les podiums. C’est étrange mais la dépression est souvent liée au succès, peu importe le domaine. 

Les médias et les réseaux sociaux nous vendent du rêve, et beaucoup d’entre nous l’achète sans trop y réfléchir. Le public voit un podium plein de sourires sans s’imaginer toutes les heures de travail accompli par l’individu. 

En tant qu’athlète on passe énormément de temps dans un certain état de fatigue, influençant forcément notre cerveau et notre manière de penser. La dépression peut venir d’une fatigue chronique, accumulée à travers des mois et des mois d’entraînement. Mais elle peut aussi venir de sois même et de sa manière de l’affronter. Quand on est dépressif on se sent extrêmement seul, comme si personne ne nous comprenait. On ne s’ouvre plus a personne et on renferme tout en attendant que ça explose un jour. Si je peux donner un conseil pour toute personne souffrant de dépression je leurs dirais de s’ouvrir aux gens. De dire ce que vous ressentez à vos proches ou simplement à un ami. Plus vous en direz plus ils arriveront à vous comprendre. Il faut utiliser ces gens pour vous faire raisonner et retrouver le sourire.

J’ai longtemps souffert de dépression et pourtant personne n’était au courant. Certaines personnes m’ont aidé en continuant de me soutenir quand j’étais dans le plus profond des trous. Désormais grâce à eux j’ai retrouvé l’envie de vivre, j’apprécie beaucoup plus de choses et je relativise face à la vie des autres. Je n’ai strictement aucune raison de me plaindre et je mène une vie plus qu’idéale, et pourtant moi aussi j’ai rencontré la dépression.

sam-laidlow-triathlete-sacrifices