Médaille en Chocolat pour Pâques ‘Triathlon International de Cannes’

Après la frustration de 2018 l’envie de revenir à Cannes était bien présente. Je finis au pied d’un podium bien garni. J’ai terminé ma course sans aucun regret et surtout avec l’envie de revenir encore plus fort. J’ai rencontré beaucoup de soucis dans les 5 semaines qui précédaient cette course et je suis satisfait d’avoir validé une course correcte malgré ces problèmes. À deux semaines de la course je ne voulais même plus prendre le départ.

Je n’ai jamais autant appris en 4h30 d’effort.

La première leçon que je pense avoir apprise, est celle de la gestion de course. Même si je ne regrette pas d’avoir couru de manière agressive, je sais très bien que le podium été largement envisageable si je ne suivais pas mes tactiques impulsives de cadet. Mais comme j’ai dis , je ne regrette rien, j’ai 20ans, je suis là pour apprendre , et finalement si j’arrive déjà à faire 75% de la course devant des mecs comme Cameron ou Tim , je n’ai qu’à grappiller 5%  de plus chaque année.

J’y suis allé pour gagner et je n’ai pas été assez bon. Les gars devant étaient simplement des meilleurs athlètes que moi sur le moment.

Néanmoins je suis reparti avec l’envie de devenir meilleur dans les 3 disciplines, avec une certaine « faim » pour gagner de grandes courses.

J’ai aussi compris l’importance de l’équipe qui m’accompagne et des proches qui me soutiennent dans mon projet. J’essaye de construire petit à petit une équipe autour de moi pour poursuivre mon rêve. J’apprécie de plus en plus toutes ces personnes et ce sont eux qui me permettent de ne pas baisser les bras quand ça devient vraiment dur. Je ne veux décevoir personne, et encore moins ma famille, mes proches et mon club qui investissent tous énormément en moi.

Je suis loin d’être satisfait par ce résultat, mais ce n’est qu’un début correct dans le monde du longue distance qui m’a laissé un énorme appétit pour être le meilleur de la discipline.

Je continuerai à y croire et travailler vers cela, quel que soit le temps que cela me prendra.

sam-laidlow-triathlete-long-term-consistency